1. Pourquoi avez-vous souscrit à une licence Meshroom VR ? Quelle est la création de valeur pour vous ?

On a été curieux et on a reçu Antoine Doumenc dans nos locaux pour une présentation de l’outil à notre équipe. On a été de suite intéressés par ses potentialités et ses applications pour notre activité de designers. On a donc noué une relation de partenariat en tant que bêta testeurs, ce qui fait qu’on a été parmi les premiers professionnels à tester la solution. Le fait de pouvoir utiliser un logiciel adapté à ses besoins, et non subir les contraintes des éditeurs est un vrai plus : on fait évoluer l’outil au fil de l’eau, on le construit sur mesure avec Meshroom VR selon nos retours d’expériences, c’est exceptionnel.

 

2. Que pourriez-vous nous dire sur la prise en main et l’interface du logiciel ?

L’outil a deux intérêts pour les designers dans la phase de conception mais aussi pour impliquer le client dans la démarche du projet. La VR est un vrai complément à l’image 3D ou le plan « classique » elle favorise l’immersion du client dans la réalité de son projet (espace ou produit).  Pour nous, la prise en main a été très rapide, l’interface est très simple.
La petite prise en main du client doit être accompagnée. Je pense par exemple au système du « lasso » qui parfois sembler un peu déroutant pour un client qui n’est pas de la génération Y ou pour un client non initié. Mais la prise en main reste quand même très rapide et finalement après explication on prend facilement le coup de main. Dans certains cas, nous ne donnons au client que les lunettes et conservons les manettes pour manipuler à sa place, cela permet de surmonter cette petite difficulté.

 

3. A quel moment de votre process de création, Meshroom VR intervient-il ?

 Il y a deux utilisations de Meshroom :

  • Entre nous au début, pour avoir une dimension autre, pour avoir la coque ou le volume.
  • Avec le client durant les phases de validation. En effet, dès que l’on sent que ça accroche, qu’on a une prise de décision qui n’est pas suffisamment efficace, on utilise cet outil pour nous permettre de valider ou d’acter des choix avec lui.

 

4. Y a-t-il des présentations VR pour chaque projet, à chaque client ?

Pas tout le temps, mais de plus en plus. Ça rentre de plus en plus dans le process. Dès que l’on a un client qui se pose des questions ou est un peu réticent sur une dimension du projet, « lui mettre la tête dans le casque » aide instantanément à débloquer la situation. Le client nous donnera tout de suite une réponse constructive. Nos clients arrivent alors à nous exprimer « oui c’est trop petit ou c’est trop grand ». Ce sont des retours très constructifs sur une échelle de dimension.

Par exemple, j’ai eu une problématique de perception d’espace pour un client persuadé que la salle de réunion prévue était trop petite et qui souhaitait donc revoir le plan dans sa globalité pour la déplacer. Je l’ai fait venir de Châteauroux pour une séance de travail durant laquelle je l’ai immergé dans son espace avec la VR.  Le client a finalement compris que la salle de réunion était suffisamment grande. Cela m’a permis de valider le projet très rapidement et m’a évité de multiples interactions et productions de 3D ou de plans complémentaires pour justifier ce dimensionnement.

 

5. Nous avons entendu des designers et qui ont peur de se lancer dans cet outil parce qu’ils se disent qu’ils vont montrer les choses plus tôt à leurs clients, ils ont une crainte de montrer des travaux non aboutis. Qu’en pensez-vous ?

Chez Félix, nous n’avons pas du tout cette crainte ! Au final on a intégré l’outil 3D / VR dans notre processus de création. C’est un moyen de visualiser différemment pour nous et pour les clients. On réalise des croquis 3D, de la maquette en volumes, des visuels 3D, et maintenant, la solution Meshroom c’est une dimension 3D supplémentaire, c’est une corde de plus à notre arc. On n’a pas cette crainte-là, au contraire, on intègre la VR très en amont dans nos phases créatives, c’est un outil de conception parmi d’autres qui nous permet en plus d’aller plus vite grâce à l’immersion. On passe toujours par le stade de la maquette en volume, la VR nous permet simplement d’y aller plus rapidement.

 

6. Avez-vous réduit vos nombres de maquettes ?

Non, c’est un complément. Sachant qu’au début, on pensait surtout utiliser Meshroom VR pour de l’objet/produit et que finalement on s’aperçoit qu’on l’utilise également beaucoup pour des projets de design d’espace. Il est parfois plus contraignant de maquetter un espace qu’un objet, pour des raisons d’espace justement, donc, pour ces projets, c’est souvent très pertinent de passer par la VR.

 

7. Vos clients sont-ils en demande de VR ? Est-ce un élément différenciant vis-à-vis de la concurrence ?

Je ne sais pas si c’est différenciant par rapport à nos concurrents, je ne peux pas le dire aujourd’hui. Mais oui nous avons beaucoup de clients qui sont demandeurs de visualisations VR.

 

8. Est-ce que vous avez envisagé de laisser à disposition un casque chez un client pour qu’il puisse faire de la visualisation VR en autonomie ?

Oui absolument, on pourrait le faire au même titre qu’on envoie des fichiers PDF. Demain on pourrait imaginer que nos clients louent ou achètent le matériel et une licence Meshroom dans le cadre de nos collaborations, ce qui améliorerait le process sur des projets récurrents.

 

9. Quel a été votre ressenti et celui de vos clients vis-à-vis de notre collaboration entreprise-start-up ?

Cela dépend de la taille de l’entreprise, mais effectivement certains grands groupes sont parfois un peu frileux. Nous sommes convaincus que la collaboration avec une start-up comme Meshroom VR est bénéfique pour notre agence et génératrice d’innovation. Nous n’avons jamais vu cela comme un frein mais au contraire comme une opportunité.
On perçoit ça comme un vrai partenariat. C’est intéressant pour Meshroom VR de s’appuyer sur une agence solide avec une variété des pratiques métiers et projets pour développer un logiciel et une offre adaptés à sa cible. C’est un échange équilibré.

 

10. Enfin, pour conclure, et si l’on devait une nouvelle fois asseoir la légitimité de Meshroom VR dans votre quotidien : si c’était à refaire, repartiriez-vous avec Meshroom VR ?

Oui ! Aujourd’hui, c’est assurément une expérience que nous renouvellerions. Meshroom VR fait partie de notre parc informatique, intégré dans notre process de conception et de cocréation avec nos clients.

 

Félix & Associés

 

Cela m'a permis de valider le projet très rapidement et m’a évité de multiples interactions et productions de 3D.

Benoît Serieyssol

Designer et Associé @Felix & Associés
Meshroom VR, c'est une corde de plus à notre arc.

Benoît Serieyssol

Designer et Associé @Felix & Associés
Meshroom VR fait partie de notre parc informatique.

Benoît Serieyssol

Designer et Associé @Felix & Associés